Les Bonnets Rouges ensemble, plus hauts, plus forts…

 

main-dans-la-main
Bonjour à tous les Bonnets Rouges,

Un site internet, breizatao.com, a essayé de saboter notre mouvement en s’attaquant à plusieurs des nôtres, et en particulier à Eric Nodé. Pour nous diviser, il a voulu jouer des différences qui existent entre nous. Voici ci-dessous le dialogue entre les deux personnes incriminées dans l’article.
Le dialogue et le respect de l’autre est notre réponse à la haine et à la bassesse.

Eric Nodé :
« Depuis que j’œuvre au sein du mouvement des Bonnets Rouges, plusieurs noms d’oiseaux m’auront été accolés. Aujourd’hui cela devient carrément diffamant.
Je suis un Breton respectueux des siens et de l’ensemble cosmopolite qui compose notre belle Bretagne. Je suis attaqué par un énergumène réputé pour ses propos racistes sur le site Breizatao.com. La diffamation, dans ce cas, devient un honneur : je suis reconnu comme un ennemi du repli.
M’accorder autant d’importance, c’est me redouter quelque part. En quoi suis-je dangereux vis-à-vis de ceux qui se cachent derrière leurs claviers pour balancer des insanités sur les réseaux sociaux ? Oui, Yannick Martin, sonneur du bagad Kemper, est effectivement un ami. Non, je ne connais pas Jean-Jacques Urvoas. Non, je ne suis pas une balance, et bien des Bonnets Rouges peuvent témoigner de ma sincérité. Oui, j’ai donné des heures et des jours à la cause des Bonnets Rouges et de la Bretagne.
Les délateurs anonymes, et en particulier celui qui étale sa prose nauséeuse sur le site Breizatao, me font gerber. Celui-ci n’invente que pour me salir et pour salir un mouvement qui le dépasse. Il hait les Bonnets Rouges, comme il hait la Bretagne et les Bretons, comme il hait tout ce qui unit, tout ce qui grandit. La Bretagne est multicolore, pleine de valeurs diverses et variées, mais elle reste une : c’est notre Bretagne.
Resserrons les rangs, mes amis, tous aussi différents que nous sommes, avec nos qualités et nos défauts.
Si ce qui est écrit actuellement, je le dénonce fermement comme étant faux, dites-vous que tout ce qui concerne les autres personnes incriminées le sont tout autant.
De fortes pensées pour nos prisonniers politiques
« Breizatao » ? Er maez ! »
Eric Nodé,
Bonnet Rouge,

Jean-Loup Le Cuff :
 » Certes, Eric Nodé et moi avons sans doute une vision très différente du combat à mener, pour que la Bretagne obtienne un jour gain de cause… Mais je ne peux que me désolidariser de la manière dont son nom a été jeté en pâture à la vindicte populaire, sans autre forme de procès… Avant d’accuser il faut des preuves, et si preuves il y avaient, elles ne seraient pas non plus bonnes à étaler sur un site public : cela équivaut à une demande de lynchage. A quand les fatwas en Bretagne? La priorité actuelle c’est la défense et le soutien de nos prisonniers politiques dans l’unité retrouvée des Bonnets Rouges, pas le déchirement inutile sur la place publique. Diviser pour mieux régner, à qui profite le crime ? »
Jean-loup LE CUFF
(24/4/2004)

Jean Pierre Le Mat, pour conclure :
« Le mouvement des Bonnets Rouges vient de connaître sa première crise interne.
Ce mouvement est composé de fortes personnalités. Les discussions y sont passionnées et les amitiés y sont énergiques. Le risque pour un tel mouvement n’est pas la diversité. C’est l’individualisme et la méfiance.
Nous sommes unis autour d’une Charte. Nos ennemis cherchent à nous diviser sur des idéologies, des intérêts personnels ou corporatifs, et des racontars. Ils ont peur de cette solidarité bretonne qui se construit. Ils ont peur de cette force naissante, qui révèle leurs postures et leurs impostures.
Eric et Jean-Loup sont deux personnalités très différentes. Tous les deux sont sincèrement bretons. Tous les deux, ils veulent construire la Bretagne du futur. Ils ne partent pas du même point de départ. Le mouvement des Bonnets Rouges leur permet de travailler ensemble sur le même chantier. »