Les Bonnets rouges recoivent la médaille de l’Institut Culturel

Médaille de l'Ordre de l'Hermine

L’Institut Culturel de Bretagne a remis une médaille aux Bonnets rouges pour les Cahiers des doléances des Bretons du XXIème siècle à Nantes, le 15 novembre 2014, au château des Ducs de Bretagne, lors de la remise des colliers de l’Hermine

Le texte de remerciement des Bonnets rouges
La médaille de l’Institut Culturel de Bretagne
Démarche & Analyse – Cahier de doléances des Bretons du XXIe siècle
L’Ordre de l’Hermine
L’institut Culturel de Bretagne

—x—x—x—

Le texte de remerciement des Bonnets rouges

Les Bonnets rouges
Nantes 15 Novembre 2014

Remise de la médaille de l’Institut Culturel de Bretagne aux Cahiers des doléances du XXIème siècle

Quand on a un peu d’ancienneté dans ce qu’il est convenu d’appeler l’EMSAV il y a bien des moments de découragement. Puis vient, sans qu’on l’attende, une explosion ; cette fois elle portait un Bonnet Rouge. Et qui plus est, le Blanc et le Noir étaient ses couleurs complémentaires. Les analyses politiques de l’évènement – essentiellement parisiennes – dénotaient une totale incompréhension.

Il n’y a aucune honte à avouer que les inspirateurs eux-mêmes se sentaient un peu dépassés. Met red eo kompren ar penaos hag ar perak. Il faut comprendre le comment et le pourquoi. Le Collectif des Bonnets
Rouges (dont il faut saluer la maîtrise de l’équilibre entre le laisser-faire et la nécessité d’une organisation) décida donc de confier l’analyse des réclamations de ces insurgés à des spécialistes, en se basant sur des témoignages, des volontés d’expression venus de tous les milieux de Bretagne. Ce furent les Cahiers de Doléances du XXIème siècle dont les revendications seront synthétisées en onze points, présentés à Morlaix au printemps, puis ici même au chateau des Ducs, ce matin.

L’Institut Culturel de Bretagne a tenu à saluer ce travail, la richesse des témoignages, l’originalité de la démarche et -évidemment- son objectivité.

Ceci impliquait une méthode scientifique que l’on peut résumer comme étant une résultante de l’Analyse de Données Multidimentionnelles (en abrégé ADM) appliquées à des entrées littérales (orales ou écrites) donc non chiffrées. En tant qu’utilisateur professionnel de ces techniques – il y a déjà fort longtemps – qu’il me soit permis de rappeler que l’ADM est née en grande partie en Bretagne sous l’impulsion de Jean-Paul Benzecri à l’Université de Rennes dans les années soixante.

Que soient donc particulièrement remerciés ici pour ces Kaieroù klemm an un warnugentvet kanvet :
– Les ingénieurs de Telecom Bretagne spécialisés dans ce savoir-faire ;
– Breizh Impacte
– Le Collectif “Vivre, travailler et décider au pays” ;
– Les membres des Comités Bonnets Rouges et les organisateurs des Etats Généraux de Bretagne…
– L’équipe de Breizh.net…

Je rajouterai qu’il y a un an à peine, quittant le site de Kerampuilh en Carhaix, il m’a paru qu’un certain barde, du haut du site culturel élevé en son nom – peut-être aussi du haut de son paradoz – adressait un clin d’oeil à tous ces Bonnets Rouges.

Merci à eux, merci aussi à Skol Uhel Ar Vro d’avoir jeté une nouvelle passerelle entre nos mondes de Culture et d’Economie, d’avoir – pour tout dire – créé un nouveau paradigme de la solidarité bretonne.

—x—x—x—

La médaille de l’Institut Culturel de Bretagne

L’ordre de l’Hermine, créé en 1381 par le duc de Bretagne Jean IV, fut réattribué par le Celib en 1972 puis en 1988 par l’Institut culturel de Bretagne afin d’honorer des personnalités ayant particulièrement contribué au rayonnement de la Bretagne. Consacrant souvent une vie d’engagement pour la cause bretonne, cette distinction ne peut être décernée qu’à des personnes physiques. Depuis 1972, 115 personnes ont ainsi été remerciées.

Mais, en 2013, il a semblé à l’Institut Culturel utile de créer en parallèle une médaille permettant de mettre en lumière des actions plus ponctuelles mais remarquables pour la Bretagne et dont l’attribution peut concerner aussi bien des personnes morales que physiques.
C’est ainsi que l’année dernière, c’est le « .bzh » qui a reçu cette médaille. Fruit d’efforts concertés (association, hommes politiques et institutions) cette extension internet bretonne est vouée à un bel avenir tant sur le plan économique que culturel et constitue un marqueur d’identité indéniable.

Pour l’année 2014, l’Institut a retenu deux actions notoires :
– D’une part les multiples actions mises en œuvre dans le cadre du 500ème anniversaire du décès Anne de Bretagne et pour lesquelles le comité Anne de Bretagne a servi de coordinateur. L’engouement de la population et des animateurs culturels pour ce souvenir est nécessairement extrêmement révélateur du caractère emblématique d’Anne de Bretagne. Un peuple n’existe que par sa capacité à faire vivre des symboles, à les réactualiser… Plus loin les racines d’un arbre s’enfoncent en terre, plus haut ses branches d’élèvent vers le ciel ! Cette médaille remise au comité Anne de Bretagne pour son action s’adresse également en remerciement aux auteurs des plus de cent évènements qui ont été créés.

– Le deuxième évènement retenu est la démarche de démocratie participative qui a présidé à l’élaboration des cahiers de doléances qui ont été présentés lors des états généraux des Bonnets rouges le 8 mars à Morlaix. Jean-Pierre Le Mat a rappelé dans le détail la démarche mise en œuvre et comment les 15000 doléances ont été étudiées et ont permis d’aboutir aux 11 points considérés comme essentiels pour l’avenir de la Bretagne. L’Institut a trouvé remarquable que, d’une revendication qui pouvait passer pour catégorielle : le refus de l’écotaxe, cette démarche participative aboutisse à l’expression de revendications touchant aussi bien l’économie, la culture que les infrastructures ou la gouvernance. Donc des revendications très transversales, matures, et illustrant bien la typologie extrêmement diversifiée des participants à ce mouvement.
Les médias, trop souvent prêts à monter en épingle les moindres débordements un peu violents, n’ont pour ainsi dire pas relayé ces 11 revendications qui, elles, auraient mérité plus d’attention, qui sont forces de proposition et surtout qui ont le mérite d’émaner de la population… bien loin, par exemple, des combines partisanes qui ont présidé à l’établissement de la réforme territoriale en cours.