Relocaliser les décisions et les pouvoirs économiques en Bretagne

Quelques exemples de doléances


———-
– Le littoral Breton qui représente actuellement 60% de la pêche française doit s’auto-protéger du pillage européen. C’est le futur comité régional des pêches qui doit autoriser ou non des bateaux européens dans ses eaux.
———-
– L’initiative privée, enracinée sur un socle culturel en toile de fond du bien public doit faire l’objet d’une réglementation souple et incitative dans l’objectif immédiat de créer des emplois localement tout en l’ouvrant à la France, à l’Europe et au monde.
———-
– Discipliner les grandes surfaces. En effet, les grandes surfaces sont la cause de la perte d’emplois innombrables dans le petit commerce, la désertification des centres villes et des villages et la mort des petits producteurs. Exigeons qu’elles achètent des produits socialement propres, garantis sans « main-d’œuvre low-cost » Et que leurs critères commerciaux ne soient pas basés exclusivement sur les prix bas payés aux producteurs
———-
– Création d’une zone franche : subventions et baisse Tva sur certains projets de développement créateurs de richesses et d’emplois.
———-
– L’emploi est capital pour maintenir sur place les jeunes Bretons qui aujourd’hui sont trop nombreux à devoir quitter la Bretagne. Pour maintenir et développer l’emploi, la Bretagne a besoin de soutenir l’esprit d’entreprise. Pour cela, il faut des conditions favorables aux entreprises, des projets, des idées innovantes, des capitaux valorisés sur place ou des investissements internationaux, ainsi qu’une politique de formation qui réponde aux besoins des activités économiques.
———-
– Faire une BRETAGNE unie et fière c’est une BRETAGNE qui se respecte et qui fait confiance aux bretons acteurs de notre belle région. Faire travailler nos artisans nos commerçants, respecter nos agriculteurs et nos marins, avec un patronat breton non véreux, nous ferons marcher nos usines. Moi je crois que tous ensemble nous arriverons à créer une meilleure vie à nos enfants et petits-enfants. C’EST MAINTENANT CAR REZORE REZORE.
———-
– Instauration d’un Breizh Small Business act qui permet aux collectivités territoriales de réserver 33% du montant des appels d’offres aux PME locales
———-
– Pourquoi les marins bretons de l’offshore doivent-ils se déplacer à Paris pour une visite médicale (habilitée OG UK) alors que nous avons des médecins des gens de mer dans chaque port breton. Pourquoi devons nous refaire valider nos certificats offshore en Ecosse ou Norvège alors qu’il y a un centre de sauvetage à St MALO.
En régionalisant les affaires maritimes et l’enseignement maritime, donnons-nous les moyens pour répondre aux besoins du futur (EMR, sauvetage, offshore), dynamisons les moyens actuels pour attirer les jeunes vers des métiers rémunérateurs et enrichissants.
———-
– Dévolution de la compétence économique à la Région, avec le budget correspondant (sans passer par la case Paris). Passage de 12% à 60% d’autonomie financière pour la Bretagne.
———-

Propositions remarquables (avant mise à l’étude par les Bonnets Rouges)

Création d’une zone franche en Centre Bretagne

Un Breizh Small Business Act

Favoriser la transmission des entreprises à des repreneurs locaux ou à des salariés.

>> TÉLÉCHARGER CE DOCUMENT AU FORMAT PDF

RETOUR SOMMAIRE