Réponse au courrier de la Directrice de Cabinet du Président de la République

COLLECTIF VIVRE, DECIDER ET TRAVAILLER EN BRETAGNE

Monsieur François HOLLANDE
Monsieur le Président de la République

Palais de l’Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 PARIS

Objet : Réponse au courrier de la Directrice de Cabinet du Président de la République

Quimper, le lundi 12 mai 2014

Monsieur le Président de la République,

Le Collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne » vous avait adressé une lettre le 4 avril dernier. Nous avons reçu en retour le courrier de votre directrice de cabinet, dans lequel nous ne trouvons aucune réponse aux demandes de notre Collectif et aux doléances exprimées par les Bretonnes et Bretons lors des États généraux de Bretagne du 8 mars 2014.

Agriculteurs, salariés, pêcheurs, transporteurs, artisans, commerçants, chefs d’entreprise, Bretonnes et Bretons tout simplement, nous ne nous sentons toujours pas écoutés. Pire, vous transmettez le dossier à votre Premier Ministre. Comment voulez-vous que nous prenions cela comme de la considération ?

Depuis plusieurs mois, notre Collectif oeuvre inlassablement pour le maintien de l’emploi et du travail productif en Bretagne avec quatre revendications phares :
– le maintien de la gratuité des routes en Bretagne et la suppression définitive de l’écotaxe ;
– la fin des distorsions de concurrence et du dumping social en Europe ;
– la libération des énergies et la simplification des contraintes administratives ;
– la relocalisation des décisions nous concernant.

Nous, les Bonnets rouges, croyons fermement que la Bretagne a un avenir. Mais, le temps passe, les problèmes économiques, sociaux et institutionnels restent, les réponses ne viennent pas. Les Bretons se sentent ignorés.

La grogne et la désespérance montent. Des entreprises ferment, d’autres sont en sursis. Le peu d’entrepreneurs qui souhaitent créer ou se développer se voient confrontés à des freins administratifs. TROP, C’EST TROP ! RE ZO RE ! Les Bretonnes et les Bretons veulent être entendus. Il est plus qu’urgent que l’État donne des réponses concrètes et rapides à leurs revendications et doléances. Jusqu’à présent, nous sommes parvenus à canaliser les énergies. Désormais, cela devient difficile. Le vent souffle de plus en plus fort en Bretagne.
Le printemps est déjà bien avancé.

Aujourd’hui, par la présente, nous vous renouvelons notre invitation à venir rencontrer, avant l’été, en Bretagne les représentants de notre Collectif. Et, nous espérons que, par cette nouvelle lettre, vous entendrez le message des Bretonnes et Bretons et y répondrez favorablement. Sachez avant tout que nous voulons préparer le futur de la Bretagne pour le bien des générations montantes et participer ainsi au redressement de la France.

En vous remerciant pour votre diligence, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de nos sentiments les plus respectueux.

Les porte-paroles :
Thierry MERRET
Jean-Pierre LE MAT
Olivier LE BRAS

>> TÉLÉCHARGER LA RÉPONSE EN PDF